www.guineequatoriale-info.net  Le portail de la Guinée Equatoriale d'informations (Ge-Infonet). Ce site est à la porté de tous les internautes qui veulent publier leurs articles et/ou travaux sur l'Internet


WELCOME TO EQUATORIAL GUINEA

 Guide  touristique de Guinée Équatoriale

Choisissez votre information


 

Flash Info ►►   Ge-Infonet web Site,  mise à jour à Aléncity,  le  

BATA ET SES ALENTOURS

Alors que Malabo s’impose comme la capitale politique de la Guinée Equatoriale, la ville de Bata s’affirme comme capitale de l’activité économique. Elle tient sa richesse de l’exploitation forestière.

Lorsque l’on atterrit à l’aéroport international de Bata, rien n’indique que la ville regorge de merveilles. Pourtant c’est à Bata que l’on découvre la réalité économique équato-guinéenne. Bata a été le principal témoin des bouleversements politiques et sociaux qui ont marqué l’ancienne colonie espagnole. Le paysage urbain en porte témoignage. Partout les vieilles bâtisses espagnoles jonchent la ville ; qui s’impose aussi comme une ville historique. Bata écrit Morx Liniger Goumaz, le meilleur spécialiste occidental de la Guinée Equatoriale "était au début du XXe siècle un petit poste militaire et commercial et ne comptait en 1907 que 137 habitants, dont 37 

Blancs 21 Espagnols, 9 Français,4 Allemands et 3 Britanniques" L’essentiel de l’activité depuis l’interdiction de la traite et jusqu’à nos jours est consacré à l’exploitation forestière
. En quelques années, le paysage du pays a complètement changé. "Aujourd’hui le centre ville commence même à être embouteillé" ; plaisante Cissé Souhaibou. Ce Malien est parmi les tout premiers francophones à s’installer à Bata au lendemain du coup de la liberté du mois d’août 1979. Comme il le témoigne lui même : " je suis le premier francophone à m’installer dans la ville de Bata après le coup de liberté de 1979. Aujourd’hui, je vous le dit, le pays a énormément changé. Avant on mangeait tout ici jusqu’au pain. Les habitants se comptaient au bout des doigts. Pour quitter la frontière du Cameroun en passant par Ebebiyin on passait facilement trois semaines en route , aujourd’hui, c’est une affaire de 3h de temps". Depuis 20 ans, il est le tout puissant patron du grand comptoir de la FERRETERIA HAIRE, une boutique de commerce général spécialisée dans le domaine de la quincaillerie. Tous les autres Maliens qui exercent dans ce domaine sont ses enfants qu’il a formés.
Le port apparaît comme le poumon économique de la ville. C’est le domaine d’Asemar, une entreprise

locale qui appartient au groupe Santy. Mais Bata est aussi le port d’attache de l’Acacio Mane Ela, le cargo mixte de la compagnie nationale équato- guinéenne Amgesa qui assure essentiellement le trafic maritime entre les deux ports majeurs du pays : Bata et Malabo.

La zone portuaire est aussi vouée aux entreprises de transformation du bois. Exinsa y assure la fabrication des déroulés pour l’exportation, tout comme l’usine des Coréens qui y est implantée. On y trouve le parc à bois d’Alcosa, d’Añisok Mongola, d’Isoroy, le plus important groupe français de transformation. Tout autour de ces usines est installé un autre marché.

 Les femmes à longueur de journée proposent aux ouvriers à l’heure de la pause quelques rafraîchissements et de la restauration.

A la sortie du port c’est le village des pêcheurs. Ici dès l’âge de 7 ans on devient pêcheur affirme notre guide. La majorité de ces pêcheurs sont originaires du Nigeria.Un investisseur français en a profité pour installer au bord de la mer un restaurant bien aménagé et qui porte le nom de Miramar. Ici, on déguste du bon poisson à longueur de journée ; tandis que les flots de la mer viennent se fracasser sur le port qui abrite la salle du restaurant. Il en est de même du restaurant Pizza Mar géré par un Espagnol.
L’univers administratif qui se trouve à Malabo est bien aussi représenté à Bata ; la plus importante ville du pays. Ici, il existe une présidence, et la ville accueille des délégations de tous les grands ministères.
hébergeur de site

 En face de l’immeuble qui abrite la Guinea Ecuatorial de télécommunications S.A. (GETESA), construit par les Chinois ; se trouve l’ancien palais du gouverneur, ex palais de Francisco Macias Nguema qui abrite les services du premier ministre, chef du gouvernement.
A l’entrée-sud de la ville se trouve le palais présidentiel, une importante construction à laquelle on accède après avoir parcouru quelques kilomètres. L’urbanisation de Bata est relativement récente. Pour l’essentiel, des bâtiments postérieurs aux années cinquante.
C’est par exemple le cas de l’hôpital général. Sur son fronton on peut lire l’année de construction : 1951. La Guinée Equatoriale est manifestement la terre la plus silencieuse du continent africain. On y trouve peu de

quartiers bruyants. En face de l’hôtel Cristal se trouve l’édifice du dernier né du groupe EGTC (Ecuato guinea Trading company). Supermercado EGTC. Non loin de là se trouve un grand café aux allures touristiques. Il porte le nom de Acropole. Ici c’est le point de rencontre des touristes, des cadres d’administration et des hommes d’affaires. On mange exclusivement du poisson braisé et des brochettes. Le maître des lieux est un Béninois, qui ne ménage aucun effort pour satisfaire sa clientèle. A quelques deux cents mètres de là se trouve la tour de l’horloge. Autrefois, elle s’appelait " la place d’horloge " aujourd’hui c’est la place de la liberté, précise notre guide. La mairie, face au consulat du Gabon est construite quasiment à l’identique de la poste centrale qui a été rénovée et ne manque pas d’évoquer les propriétés andalouses.

En face de l’imposant bâtiment de la BEAC (Banque de États de l’Afrique centrale) se trouve le monument érigé à la gloire des soldats tombés le 3 août 1979 pendant le coup de la liberté. Face au soldat de la liberté se trouve de l’autre côté la stèle qui symbolise la visite d’un jour du pape Jean Paul II le 12 février 1982. C’est toujours dans ces lieux que se déroulait la Foire ce que les francophones appellent communément la foire.

A Bata on appelle ainsi l’allée piétonnière où chaque année, du 25 juillet jusqu’au 6 janvier, on érige, de part et d’autre de petits kiosques couverts de chaume qui, la journée terminée, accueillent jusque tard dans la nuit buveurs et ambianceurs. Cette année c’est au bord de la mer que la Foire a lieu et ira jusqu’au mois de décembre.
Derrière la place de la liberté se trouve le marché central de Bata.
Le cœur du marché occupé par les fripiers. Ici on peut se chausser et s’habiller à moindre coût. Sur l’autre flanc de la colline se trouve le village de la défunte UDEAC dont le sommet avait eu lieu à Bata en 1986

. L’autre grand marché est celui de Mendoassi situé sur la route de l’aéroport. Là-bas, le commerce est exercé pour l’essentiel par les ressortissants camerounais. Le charme de Bata vient aussi de son implantation au bord de la mer depuis l’hôtel Panafricana, construit sur la plage, non loin du centre culturel français et de la résidence du Directeur de la BEAC s’étire une longue promenade construite par les Espagnols. L’hôtel Panafricana est à ce jour le plus grand réceptif hôtelier à Bata après que Medina Luna ait été fermé.

LES PLAGES DE BATA ET SES ALENTOURS 

A Bata, le sable blanc de la plage s’étend jusqu’à l’horizon sans moustiques, un endroit idéal pour les touristes. De nombreuses personnes flânent sur cette plage agréable à partir de 13 heures TU. Entre la plage et la ville, il y a des passages maritimes bien aménagés pour que la cité soit plus propre et accueillante.   

La plage de Bata est parmi les plus belles du monde, le sable blanc où on peut circuler avec des véhicules pendant plusieurs Km. surtout de 8 heure à 14 heures TU.
UTONDE 
On va à Utonde souvent en excursion pour voir la belle plage, les crocodiles, animaux sauvages, oiseaux, etc. Une autre activité que

l’on peut pratiquer à Utonde est la chasse. On trouve aussi des barques pour la recréation ou pour pratiquer la pêche sportive

L’île de Corisco avec ses plages fascinantes de sables totalement blancs.

¨       La Pierre «CAMPAÑA DE AFANA», c’est une merveille et produit de bruits fantastiques à chaque fois que l’on la touche avec une autre pierre.

¨       Les «Rapidos de Sendje» se trouvent dans le fleuve Wele, vers la ville de Mbini.

¨       Monte Bata
C’est un endroit merveilleux  avec de nombreuses collines et de grandes falaises qui rendent le lieu d’un carrefour d’attraction et d’aventures . (*).  

Espagnol

__________________________________________
  
(*).- Extrait de Guide Touristique. Auteur: M.Manene Nsogo Juan

Anglais

Mise en garde aux usagers de ce Site: Ge-Infonet est un portail, nous ne font que centraliser dans notre Site,  toutes les  nouvelles publiées  par les journaux et/ou ouvrages qui parlent  de la Guinée Equatoriale. Nous ne sommes pas responsables du contenu de chaque article puisque le dommage ne peut être réparé que par celui qui l'a commis. Merci.               Warning to the users of this site: This site is a portal,we only centralise in our site , all the news published by newspapers and/or work that talks about equatorial guinea. we are not responsible of the content of each article  because You are strictly liable for your act.thanks

           Exit     Salida  Sortie     Home     Manager  Warning   

Copyright (c) Guinéequatoriale-Info.Net (Ge-Infonet)                Tous droits réservés